Une idée ancrée au monument aux morts de Pournoy-la-Chétive/Coin-sur-Seille.

Un monument aux morts qui rappelle l’épreuve des trois guerres franco-allemandes subie par les gens de ce village de la Basse-Seille et l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1917.

Generic placeholder image

Du monument aux morts au monument aux trois nationalités.

Depuis le samedi 8 novembre 2008, le monument aux morts inauguré en 1932 et disqualifié en 2002 est requalifié de monument aux trois nationalités. C’est lors d’une conférence donnée par Francis Petitdemange le samedi 8 novembre 2008, à 15h30, dans la petite salle de la salle polyvalente de Pournoy-la-Chétive qu’est actée cette requalification, à l’occasion de l’Assemblée générale de la chaîne de la mémoire. Le texte de cette conférence est paru pour la première fois dans le bulletin de liaison de l’AFMD de Meurthe-et-Moselle n°13 de décembre 2008 avec un montage de son directeur de la publication Monsieur Lamaï Becher. Le texte a été publié dans l’ouvrage intitulé Le Parc aux trois nationalités édité en novembre 2013 (pages 50 et 51) et dans la réédition complétée de mars 2018 (pages 32 à 36).


Morts sous trois uniformes différents durant la guerre 1914-1918.

Sur la pierre de ce monument aux morts, inauguré en 1932 dans le second cimetière du village d’alors, sont gravés les noms et prénoms ainsi que les dates de naissance et de mort de soldats et de jeunes officiers tués pendant la guerre 1914-1918. La singularité de ce monument aux morts est qu’il porte le nom de soldats et officiers morts sous trois uniformes différents : la majorité sous l’uniforme allemand (Pournoy-la-Chétive et Coin-sur-Seille étaient en territoire annexé par l’Allemagne), deux sous l’uniforme français (résidence principale en France ou désertion) et, ce qui en fait sa particularité, un sous l’uniforme américain.


Du monument au monument aux trois nationalités au monument aux morts.

Une conférence sur le monument aux trois nationalités a été donnée par Francis Petitdemange le samedi 30 juin 2012, à 17 h 45, dans la salle polyvalente de Pournoy-la-Chétive à l’occasion de l’Assemblée générale de la chaîne de la mémoire. C’est à cette occasion qu’a été projeté pour la première fois le montage audiovisuel « Le monument aux trois nationalités ». Cette conférence a été annoncée dans le Trait d’Union n°59 de juin 2012, bulletin semestriel de la commune de Pournoy-la-Chétive. Ce montage audiovisuel permet de porter un autre regard sur le monument aux morts qui a été disqualifié en 2002.

Generic placeholder image

Une idée mise en œuvre par la chaîne de la mémoire

Une idée proposée et mise en œuvre par l’association la chaîne de la mémoire depuis 2013 le long de l’ancienne ligne de chemin de fer de Château-Salins à Metz. C’est au retour d’un déplacement co-organisé par la mairie de Pournoy-la-Chétive et l’association la chaîne de la mémoire au cimetière américain de la bataille de la réduction du saillant de Saint-Mihiel à Thiaucourt le dimanche 30 septembre 2012 que des membres de la chaîne de la mémoire ont proposé, dans la salle des délibérations de la mairie, de mettre en discussion un projet de « Parc aux trois nationalités » sur et autour du chemin de balade se trouvant sur l’ancienne voie ferrée reliant Château-Salins à Metz (voir article paru dans le Trait d’union n°60 de décembre 2012, bulletin semestriel de la commune de Pournoy-la-Chétive).

Generic placeholder image

Du monument aux trois nationalités au Parc aux trois nationalités

Le Parc aux trois nationalités est ancré au monument aux morts requalifié de monument aux trois nationalités depuis le samedi 8 novembre 2008. Un monument aux trois nationalités installé au fond du cimetière communal. Un monument aux trois nationalités visible depuis le tronçon central et le tronçon sud du chemin de balade. Le Parc aux trois nationalités est donc étroitement lié à un monument aux morts qui est le seul vestige visible d’un village disparu après les destructions liées aux combats qui se sont déroulés dans le village lors de la bataille de Pournoy-la-Chétive de septembre 1944.

Generic placeholder image

Un espace d’observation et d’appropriation d’un territoire à travers les paysages et l’histoire

C’est ainsi qu’est sous-titré l’ouvrage édité en novembre 2013 avec 108 pages puis celui édité en mars 2018 avec 168 pages pour présenter le Parc aux trois nationalités. Un livre qui présente la genèse de cette idée avec la notion de frontière en béton allemand et son cheminement à travers les bulletins et les suppléments édités par l’association la chaîne de la mémoire à partir du bulletin n°15 d’août 2008 "Entre Moselle et Seille", "Historial de la frontière".  

Generic placeholder image

Un lieu d’expositions, d’installations et de conférences

Depuis l’inauguration du samedi 29 juin 2013, plusieurs expositions éphémères se sont succédées sur le chemin de balade de l’ancienne voie ferrée de Château-Salins à Metz, certaines restant en place plus de deux ans. Des installations land art présentées par des élèves de 4e du collège Paul Verlaine de Metz-Magny lors de l’inauguration ont donné au Parc aux trois nationalités une identité que l’on retrouve sur les visuels qui sont placés aux différentes entrées du Parc aux trois nationalités. Une identité qui est maintenue avec l’œuvre centrale de ce Parc aux trois nationalités qu’est "l’avion métallique". Une œuvre déplacée puis restaurée et remise en place au croisement sud pour l’inauguration de l’Espace Robert Hewins Stiles du dimanche 16 septembre 2018.

Generic placeholder image

La colonne vertébrale du Parc aux trois nationalités.

Le chemin de balade de l’ancienne voie ferrée de Château-Salins à Metz, le long duquel sont plantés des panneaux avec visuels et des installations, est donc la colonne vertébrale du Parc aux trois nationalités. Cette ligne de chemin de fer de Château-Salins à Metz, ouverte le 1er décembre 1904, devenue un chemin de randonnée du Val de Seille en 2000 puis un segment d’une boucle de randonnée du PDIPR de la Moselle en 2014 prend, au niveau de Pournoy-la-Chétive, une dimension historique. La chaîne de la mémoire met en effet en évidence à travers les expositions qu’elle réalise et inaugure que cette ligne est liée aux trois guerres franco-allemandes à travers :

  • Son tracé qui longe la frontière qui divise la Lorraine depuis la défaite militaire française de 1870
  • Son utilisation durant la Première Guerre mondiale
  • Son objectif militaire durant la Seconde Guerre mondiale.

Generic placeholder image

Des traces visibles laissées par les trois guerres franco-allemandes.

La ligne de chemin de fer de Château-Salins à Metz, devenue un chemin de balade pédestre, équestre et vététiste, est la colonne vertébrale d’un espace d’observation et d’appropriation d’un territoire à travers les paysages et l’histoire. Cet espace est délimité par les traces produites et laissées par trois guerres franco-allemandes. Des traces visibles comme celles qui bornent le Parc aux trois nationalités aux extrémités de ses deux accès depuis la départementale 5, une route qui longe l’ancienne voie ferrée devant le village de Pournoy-la-Chétive. Des traces invisibles comme celles des groupes fortifiés construits durant la première annexion sur une ligne de défense qui croise l’ancienne voie de chemin de fer au Parc aux trois nationalités. Des traces qui rappellent que ce territoire se trouvait sur une frontière en béton allemand.

Generic placeholder image

Un parc à la croisée de deux lignes.

Le Parc aux trois nationalités est donc au croisement de deux lignes qui résultent d’une défaite militaire française en 1870 et d’une annexion impériale allemande en 1871. Une ligne défensive et une ligne offensive qui deviennent des appuis stratégiques et des objectifs militaires durant les deux guerres mondiales. C’est ce que des visuels installés dans ce Parc ont mis en évidence lors de l’inauguration du parc aux trois nationalités du 29 juin 2013 puis lors des expositions intitulées Les gares de la ligne ferroviaire stratégique entre Metz et Secourt sur l’arrière-front allemand durant la Grande Guerre (inaugurée le samedi 28 juin 2014) et la ligne ferroviaire stratégique entre Metz et Secourt dans le système défensif allemand durant la Grande Guerre (inaugurée le samedi 2 juillet 2016). Des expositions réalisées avec la Collection de Monsieur Paul Costa. Certains visuels de ces deux expositions ont été réutilisés pour l’exposition Robert Hewins Stiles, de l’Université Harvard à Pournoy-la-Chétive, une histoire des Etats-Unis, inaugurée le samedi 15 septembre 2018.

Generic placeholder image

Un support pour les manifestations de l'association

Le Parc aux trois nationalités a donc permis de décrypter des paysages qui s’offrent aux visiteurs et de présenter une histoire locale qui s’inscrit dans une histoire nationale et internationale. Il est le point d’ancrage des activités de la chaîne de la mémoire et un support pour des manifestations organisées par l’association depuis juin 2013 comme en témoignent les bulletins édités pour les annoncer ou en rendre compte.

Generic placeholder image

Trois tronçons et un Espace

Depuis le dimanche 16 septembre 2018, le Parc aux trois nationalités a une thématique définitive. Sur le tronçon nord se trouve l’exposition intitulée " Vers la frontière lorraine" inaugurée le samedi 1er juillet 2017 avec la Collection de Monsieur Paul Costa et des travaux d’élèves de 4e du collège Paul Verlaine de Metz-Magny. Sur le tronçon sud a été installée l’exposition "la Libération" inaugurée en deux parties les dimanche 17 septembre 2017 avec la Collection de Monsieur Patrick Jean et dimanche 12 novembre 2017 avec des travaux d’élèves de 3e du collège Paul Verlaine de Metz-Magny. Le tronçon central avec l’exposition "Robert Hewins Stiles, de l’Université Harvard à Pournoy-la-Chétive, une histoire des Etats-Unis", a été inauguré le samedi 15 septembre 2018 avec des documents de Harvard University Archives, du Harvard Crimson et des travaux d’élèves de 5e du collège Paul Verlaine de Metz-Magny. L’espace Robert Hewins Stiles a été inauguré le dimanche 16 septembre 2018 avec des documents de la Collection de Monsieur Paul Costa et du Musée d’Art et d’Histoire de Toul.

Generic placeholder image

Un cadre pédagogique

Les expositions installées au Parc aux trois nationalités servent de support pédagogique pour des travaux réalisés par des élèves du collège Paul Verlaine de Metz-Magny en lien avec le programme d’histoire. L’association la chaîne de la mémoire est née de travaux périscolaires menés au collège « Les Cuvelles » de Vaucouleurs et poursuivis au collège Gabriel Pierné de Sainte-Marie-Aux-Chênes puis au lycée Marquette de Pont-à-Mousson dans les années 1990. L’association a été fondée en octobre 2001 par des enseignants, des élèves et d’anciens résistants-déportés. Depuis 2001, l’objet de l’association a été régulièrement modifié à l’occasion d’assemblées générales extraordinaires afin de trouver puis de construire un cadre pédagogique ouvert au public.

Generic placeholder image